Maladies mentales : la dépression, y survivre. Vaincre l’anxiété au quotidien

J’en suis à mon troisième article sur la dépression. (Vivre une Dépression post-traumatique, Porter le deuil: être veuve depuis 2015) Pourtant, il ne me semble pas avoir fait le tour de la question.

La maladie mentale est encore bien trop stigmatisée, il faut en parler, il faut savoir déceler les signes chez les personnes de notre entourage. Du haut de mes 31 ans, j’ai déjà fait deux dépressions. Quoique les contextes soient bien différents, le mal-être restait similaire. En 2012, à la suite d’un épuisement professionnel je suis tombé dans une dépression majeure. Tomber est bel et bien le bon terme. J’étais tombée si bas, que lors de son retour le soir, Marc-Antoine me retrouvait souvent au même endroit qu’il m’avait laissé le matin. En 2017, je retournais à l’école. C’était un rêve que j’accomplissais et je réalise maintenant que j’étais très anxieuse de me replonger dans des études universitaires. Un soir, en pleine crise d’angoisse, j’ai dû me rendre à l’hôpital, à l’urgence. J’avais des pensées suicidaires depuis un moment déjà et ce soir là, j’ai réalisé que je devais faire quelque chose.

Depuis, j’ai toujours à l’esprit ma santé mentale. Un esprit sain dans un corps sain. On a tendance à oublier l’esprit dans cette phrase. Oui, l’activité physique joue énormément sur la santé mentale, mais il y a tant à faire de plus. Plusieurs sites peuvent aider à connaître les symptômes. Que ce soit émotionnel, physique, comportemental ou cognitif, la dépression sait se faire discrète lorsqu’elle s’installe. En 2012, j’étais contente d’avoir trouvé l’ouvrage Tous fou ?: l’influence de l’industrie pharmaceutique sur la psychiatrie pour aider Marc-Antoine à comprendre ce que je vivais. Depuis ma dernière dépression, Andrei m’aide tellement à vaincre mes anxiétés et mes crises passagères. Nous avons réussi à trouver ensemble des solutions pour me calmer. Mes proches ont eu a apprendre eux aussi comment vivre avec une personne dépressive.

J’ai envie de vous partager quelques trucs que j’aie essayés et que j’aime bien faire lorsque je sens l’angoisse monter. Pour ma part, c’est au moment d’aller me coucher que je me sens dépossédée de ma raison. Dans ces moments, j’essaie de convoquer tous mes sens pour tenter de me recentrer sur moi.

  • Je regarde 5 choses
  • J’écoute 4 choses
  • Je touche 3 choses
  • Je sens-respire 2 choses
  • Je goûte 1 chose

En plus de me recentrer lorsque je sens l’angoisse monter, je me suis créé une routine de dodo. Cette routine permet à mon esprit de se calmer sans passer par l’anxiété.

  • J’allume une lampe de sel rose, la douce lumière calme mes yeux fatigués de regarder des écrans.
  • Je vaporise de l’eau de linge (Maison Lavande) dans mes draps. Maintenant, j’associe cette odeur au sommeil et j’ai hâte d’être rendue à cette étape dans ma soirée.
  • Je me couche dans les draps les plus doux que j’ai. Le contact textile est important pour moi. Cette douceur raconte déjà à ma peau mille et un rêves à venir. Mon chum trouve qu’il y a trop de draps… tant pis je suis trop bien.
  • J’allume un diffuseur. J’y diffuse de l’huile de lavande pour favoriser mon sommeil et me relaxer.
  • Je branche mon cellulaire pour ne plus le regarder.
  • Finalement, je prends mon livre du moment (en ce moment, je lis la biographie de Marie-Antoinette par Stephen Zweig)

Lorsque j’ai tout fait pour suivre les étapes et que le sommeil ne vient pas, je recommence les 5 étapes des 5 sens, je me lève quelques minutes et je rouvre mon livre. Parfois, c’est dur de ne pas stresser parce que je n’arrive pas à dormir et que je vais devoir me réveiller tôt le matin. L’esprit à un pouvoir énorme, qu’on a tendance à négliger. Je ne regarde jamais il est quelle heure, ça ne sert à rien, je me fais accroire que le sommeil s’en vient et je me replonge dans mon livre. Normalement, je sens une lourdeur dans mes jambes et mes bras et lorsque l’impatience est trop forte, c’est mon signe. Je ferme alors mon livre et me roule en boule avec mon Raton dans les bras.

L’important c’est de trouver sa routine, de comprendre ses signes post sommeil, mais aussi ceux qui nous laisse entendre que notre santé mentale à besoin d’un peu plus d’amour. J’ai essayé beaucoup de choses avant de trouver ma routine du soir. Je vous encourage à en faire autant. À partager avec votre famille et vos amis vos petits trucs pour que nous puissions tous, dans cette belle discussion, démystifier encore un peu plus les troubles mentaux autour de nous.

Je vous laisse avec une petite liste des petits gestes qui rallume ma flamme de joie

  • Prendre un bain
  • Enfiler mon pyjama le plus doux
  • Porter du rose ou du fleuri, de la tête aux pieds quand je peux
  • Le contact des textiles sur ma peau. Que ce soit mes serviettes de bain, mes draps ou mes vêtements, je choisis méticuleusement les textiles qui remplissent ma vie. Le contact sur ma peau est primordial pour moi.
  • Marcher, être dehors, et ce été comme hiver
  • Mettre mon parfum préféré. Je ne le porte pas tous les jours comme cela c’est jour de fête quand je me permets ce petit luxe.
  • J’évite de magasiner, car cela ne m’apporte qu’une joie passagère. Je prendrais plus le temps de parler de cela dans un autre article.

Crédit photo

Emily Babin pour Karma photo

Andrée-Anne Guy photographe

Andrei Calderon AKA mon chum

Publicités

3 commentaires sur “Maladies mentales : la dépression, y survivre. Vaincre l’anxiété au quotidien

Ajouter un commentaire

  1. Quel commentaire émouvant et de si belles photos .essayez de respirer très profonde en descendant vos épaules centrez vous sur votre respiration.vous pouvez regarder en même temps sur you tube de la musique zen il y a de très belles photos de la nature cel vous recentre . Courage et bonne journée à vous
    Nadia

    Aimé par 1 personne

  2. Belle Marjorie !
    Très belle Marjorie !

    Quel beau partage.

    Tu oses ta vulnérabilité aux travers tes écrits, et quels écrits !
    J’aime ta personne avec tes fragilités, tes forces, tes incertitudes. En fait, c’est ce qui rend une personne humaine et riche d’être qui elle est.

    Tu décris très bien la dépression. Ce mal être qui peut envahir toutes nos sphères de vie.

    J’adore tes trucs qui font du bien.
    L’on doit se rappeler que souvent les petites choses de la vie nous emplissent d’un bien être.
    La sensation du soleil sur la peau. L’odeur de la forêt. Le goût du café. Le ronron du chat. La sensation douce d’une fourrure sous nos doigts.

    J’ai connu l’anxiété à un très jeune âge. À cette époque, je ne comprenais pas ce que j’avais. Il faut dire que l’on ne parlait pas de cela. On la cachait car on ne savait pas.
    Que de souffrance et de non-dits.

    Heureusement, j’ai appris et pris soin de moi. Encore aujourd’hui !

    Merci pour ce texte empreint de VIE, d’ESPÉRANCE, d’AMOUR de soi !

    Gros bisous, gros câlins,
    Danielle
    oxoxoxo

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :