La fille de la Lune; Juliette

En hawaïen ohana veut dire la famille et la famille signifie que personne ne doit être abandonné ni oublié.

 

 

En avril dernier, ma famille a vécu un grand deuil, une autre fois. Il y a trois ans, tous ont été avec moi pour me soutenir lors du départ de Marc-Antoine. Ils sont toujours un peu derrière moi, même si parfois je me sens seule et triste. En avril, mon frère Olivier et ma belle-sœur Emily ont dû dire au revoir à leur Juliette qui avait décidé de venir avec une seule partie de cœur. En gros, il lui manquait toute la partie gauche de son cœur et selon l’avis des médecins elle n’allait pas survivre. Si elle y parvenait, ce serait pour commencer sa vie avec une opération à cœur ouvert qui risquait de ne pas réussir.
Je me rappelle un soir où mon frère m’avait appeler, il ne savait plus ou donner de la tête et avait besoin de s’ouvrir. C’est un des rares moments dans ma vie où j’étais heureuse de comprendre la perte d’un être cher pour pouvoir l’aider, et en fait, pouvoir l’écouter et ne pas juger ses réactions. Il a ouvert son cœur et j’espère qu’il a pu raccrocher plus calme.

 

Aujourd’hui, avec nos deux familles, mon frère et moi avons fait une sortie conjointe. Nous sommes allés courir et respirer les champs de lavande de La Maison Lavande. Cette sortie m’a remplie de joie encore plus que ce que je pensais qu’elle allait le faire. Olivier et sa famille sont arrivés à l’ouverture pour prendre quelques photos de Chacha l’exploratrice. Magnifique petit être qui s’émerveillait des abeilles et de la quantité de fleurs. Lorsque ma petite famille est venue se joindre à nous, j’ai été émue de voir mes garçons rire et s’amuser avec Charlotte. Elle semblait les reconnaître, malgré que nous ne nous voyons pas souvent. Les garçons, comme elle les appelait, lui tenaient chacun une main en marchant à son rythme. Trois amours qui semblaient comprendre naturellement la vraie raison de la famille. Malgré qu’ils ne soient pas cousins-cousines de sang, Olivier, Hugo et Charlotte paraissaient être les meilleurs amis du monde. Il y a dans la naïveté des enfants une grande sagesse à retenir.

 

 

Avant le retour d’Olivier et de sa famille, les enfants ont joué un peu au ballon pendant que les grands parlaient. Emily s’est rapprochée pour me parler tout doucement de Juliette. Ce que je me sens choyer lorsqu’elle vient se confier à moi. Emily était due la semaine prochaine et encore plus qu’un anniversaire, la tristesse semble se faire sentir d’avance. Malgré la semaine difficile qui s’en venait, je la voyais heureuse d’avoir son exploratrice qui, tel un rayon de soleil avec son rire de sorcière, illumine la vie de sa maman sans qu’elle ne s’en aperçoive. Pourquoi est-ce qu’Olivier et Emily devaient perdre leur Juliette ? Pourquoi est-ce que Charlotte était en pleine santé elle ? Ce sont les questions fatidiques qui, dans mon cas, me traînent vers le fond. S’il n’y a pas de réponse, je ne cherche pas. C’est comme ça c’est tout. C’est douloureux, mais ce l’est moins lorsqu’on accepte les événements.
La famille veut dire que personne n’est laissé derrière. Moi ma famille, je l’aime, je n’ai qu’elle et je n’en voudrais pas une autre. J’ai deux boulettes qui m’adorent et qui m’appellent maman quelques fois par amour. Mon Andrei est si bon avec moi. Ces trois hommes qui me comblent ne m’auraient jamais touché si Marc-Antoine ne leur avait pas laissé sa place. Il est parti pour que je puisse avoir une magnifique famille. Il n’y a pas que ces hommes que je chéris, mes frères sont si chers à mon cœur. Ma belle-sœur est ce que j’ai de plus près d’une sœur. Ma nièce brille de vie et de joie, elle est si magnifique. Ma deuxième nièce, quant à elle, brille aux étoiles. Elle veille sur sa famille du haut de son petit royaume perché sur la Lune pour nous aimer de loin. Je ne l’ai jamais vue, je ne la verrais pas dans cette vie, mais elle me manque. J’ai le cœur gros qu’elle ne soi pas restée plus longtemps dans nos vies. Qui sait, un jour son départ sera moins douloureux. En attendant, elle veille sur son papa, sa maman et sur sa sœur. Quelquefois des êtres nous touchent et doivent repartir. Ma nièce Juliette était si spéciale qu’elle a réussi à toucher nos vies sans même nous rencontrer. Elle est la fille de la Lune. Juliette d’amour, elle vit dans un carrousel d’étoiles un endroit sûr pour rester.
Bisou mon amour
Marjorie

Robe : création originale Jorie, Chapeau : Aldo, Sandales : Esprit-Winners, Sac à main : Fossil

Crédit photo : Emily Babin pour Karma Photo et Andrei Calderon

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :